L’hypocrisie canadian, une tradition bien vivante

L’hypocrisie au Ca(d)nada fait partie de l’histoire et de la tradition politique fédérale et fédéraliste, à laquelle l’on doit ajouter la diffamation des minorités, Québécois, francophone-canadiens, Inuit et Amérindiens. Le révisionnisme est même une valeur centrale depuis une trentaine d’années, peut-être quarante. Le fédéral s’est rendu compte que l’histoire canadienne était peu reluisante et a profité de la profonde ignorance du peuple de celle-ci pour la ré-écrire. Radio-Cadenas (en anglais) a produit une série, The Story of Us, à l’attention des canadians dans laquelle les anglo ont le beau rôle, les Français sont sales et les premières nations barbares. Rien de nouveau à l’Ouest de la rivière Ottawa. Cependant, avec le passage récent du Manitoba en une Province où la majorité des électeurs sont issu des Premières Nations, le gouvernement fédéral, après cent-cinquante ans de négligence criminelles, décide de faire semblant de s’intéresser au sort des Amérindiens. Mais seulement ceux du Manitoba. Je parle bien sûr de la commission d’enquête sur les femmes autochtones qui est en cours au Ca(d)nada. Même le prince-à-la-cuillère-d’argent Justin Trudeau a participé à l’hypocrisie générale en participant à une marche et en se coiffant d’un casque à plume, un peu comme Jean Chrétien en son temps. Ce que l’on ne dit pas souvent, c’est que les disparitions de femmes autochtones sont une chose commune dans l’ensemble de l’Ouest canadien, du Manitoba à la Colombie-Britannique. Ces salopards, qui tente de minimiser l’ampleur du problème, de maquiller la vérité, de dé-responsabiliser le seul responsable (Ottawa), le coupable par non-assistance. C’est que la commission d’enquête en est à la cinquième démission, de l’un de ses membres, en quelques mois. Si, comme on peut s’y attendre la ministre des affaires autochtones du Ca(d)nada se dit confiante et rassure l’opinion publique anglo-saxonne canadienne, l’on se penche très peu sur les raisons du départ de Marylin Poitras, qui bien qu’elle ait été obligé d’être « politiquement correcte » devant les médias pour éviter les représailles d’Ottawa et de ses chiens de garde, la GRC, les sous-entendus son lourd de conséquence. En public, Mme Poitras a parlé de son incapacité à remplir son mandat en vertu du « processus structurel ».
Si l’on lit entre les lignes, elle nous informe subtilement que la commission d’enquête n’a pas pour but de changer quoi que ce soit ou d’aboutir à des révélations qui pourrait bouleverser l’ordre colonial canadien, qu’il y a résistance de la part de la commission, du gouvernement et de l’État canadien entier pour contrôler et limiter la pertinence du travail de la commission.
Hors du champ médiatique la commissaire démissionnaire a parlé de mésentente avec le reste de la commission et que sont départ était du à : « des raisons de valeurs personnelles ».

Qu’est-ce qui peut bien dégoûter une métis engagé de bon coeur sur la voie du redressement des tords faits aux premières nations si ce n’est que le reste de la commission ne partage pas ses belles intentions et n’a aucune bienveillance face aux Amérindiens?

Si l’on ajoute à cela que l’association des femmes autochtones de l’Ontario (AFAO) désavoue la commission en l’accusant de mettre trop de temps à débuter ses démarches. En d’autres mots, à branler dans l’manche. Si le départ de Mme Poitras soulève des inquiétudes chez les Amérindiens canadiens, c’est qu’ils savent instinctivement qu’il ne reste pas beaucoup d’alliés fiables dans la commission et que sans doute que le désaveux de l’AFAO est fondé. Si c’est le cas nos accusations à l’encontre de la commission le sont aussi. Il ne s’agit que de la poudre aux yeux pour gagner des votes électoraux « gauchiste »  au PLQ et une belle image d’ami des Premières Nations. Pourtant, je le rappelle, c’est Ottawa qui a la responsabilité politique et administrative des Premières Nations et que le gouvernement est responsable de la situation par son inaction et sa mauvaise foi. Les libéraux ne sont pas des sauveurs des Amérindiens, débarqués du ciel, eux et les conservateurs se partagent le pouvoir fédéral en alternance depuis 150 ans et aucun des deux ne s’est sincèrement intéressés à la réalité autochtone si ce n’est dans quelques reformes administratives ou par un biais ethnocentrique d’assimilation. La situation actuelle est le résultat de la politique fédérale canadienne et des fondements, humains, racistes de celle-ci. À la fois à l’encontre des Amérindiens et des Inuit, mais aussi à l’encontre des francophones. Trois nations que les Canadians s’évertue à effacer de la carte depuis plus de 150 ans.

Monsieur Trudeau est coupable de la situation et ne fait rien de concret pour la corriger. une commission d’enquête? C’est aussi fracassant et sans conséquence que la commission d’enquête sur la corruption politique du PLQ.
Monsieur Harper aussi est coupable, mais lui au moins était ouvertement contre les Amérindiens.
Jean-Chrétien est coupable de n’avoir porté qu’un casque à plumes, Pierre-Elliott Trudeau est coupable de n’avoir porté intérêt aux nations amérindiennes et Inuit que dans la mesure où il pouvait les dresser contre les aspirations à l’indépendance des Québécois.
Ils sont tous coupables jusqu’à McDonald qui fit massacrer les « pires » Métis (les catholiques francophones) et aux pères fondateurs qui s’empressèrent de les enfermer dans des réserves qui n’avaient à voir avec le concept de réserve en Nouvelle-France que le nom.

Le Canada est coupable des disparitions, coupable de la pauvreté et de la criminalité autochtones, il est coupable de génocide culturel (ethnocide) et parfois même de génocide (Béothuks de Terre-Neuve, etc.)

Il est temps que tombent les masques et que le Québec prennent en mains son destin afin de se retirer de cette triste farce et d’offrir un sort meilleur aux Nations Amérindiennes et Inuit qui occupe son territoire. Un retour fracassant à l’alliance française, l’alliance équitable Québec-Inuit/Québec-Amérindiens.

Vive le Québec Libre,
Vive les Amérindiens Émancipés,
Vive la nation Inuit,
Vive la République

Pat Dolbo

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s