À l’Est rien de nouveau : l’offensive de Juillet 2017

« Dissimuler une épée dans un sourire Pour que les adversaires soient sereins et sans crainte, dissimule l’hostilité sous l’apparence de l’amitié » – Livres des 36 stratagèmes, S.10

À l’est rien de nouveau, le Québec est sous assaut dans la guerre plus que centenaire pour son identité nationale. La campagne de 2017 a débuté avec l’élection de Trudeau II et sa déclaration selon laquelle le nationalisme, des autres (québécois et amérindien) serait barbare et arriéré, mais pas celui du Canada. Depuis janvier, les ténors de l’occupation canadienne, du parti libéral à Québec Suicidaire, se sont adonnés à un tir de pilonnage en règle du mouvement indépendantiste québécois, avec la grosse artillerie, en s’attaquant systématiquement au Parti Québécois, au discours souverainiste et à ses représentants. Dans leur esprit étroit, le PQ est le mouvement pour l’indépendance. Que Nenni! (Ben non!) Ensuite, il y a eu tentative d’associer le nationalisme avec tous les problèmes visibles, invisibles, inventés et inexistants du Québec, dans les médias et dans les bouches des journalistes à gage et des politicailleux. Attaque contre les patriotes et le drapeau de la liberté (tricolore), association du nationalisme et de La Meute (organisation pourtant fédéraliste officiellement), récupération de la Saint-Jean par Ottawa, etc. . Ironiquement, la plus part des mouvements réactionnaires intolérants et radicaux prennent leur souche dans l’Armée canadienne ( La Meute, Tabula Rasa, etc.) et sont pro-Canada. Mais l’on n’en parle pas, ça desservirait les desseins des pépères de la confédération. La préparation à l’offensive culmine avec le premier juillet 2017, le 150e de l’asservissement antidémocratique des provinces à la confédération centrée autour de l’Ontario (le Manitoba et la Saskatchewan, ayant été annexé de force après de brèves campagnes militaires contre les métis).

C’est alors, il y a un mois, le scandale des commandites encore une fois. Une ennuyeuse reprise d’un épisode usé à la corde du « plusse meilleur pays du monde ». Cette fois cependant, le scandale ne fait pas sensation, il se fait sans indignation et dans le silence consentant de la presse. On canadianise à tour de bras, avec l’argent des contribuables. On y va de monument indésiré à la gloire de la confédération et de ses apartheids (Francophone et Amérindiens). L’on noie l’histoire du Québec dans un déluge de rouge unifolié, comme au temps de Chrétien et comme lorsque le tombeau des patriotes fut profané par un monument fédéreux à la gloire de leur meurtrier. Au moins dans ce temps là, il s’est trouvé un Falardeau pour gueuler et un Normand Lester pour briser l’omerta à Radio-Cadenas au prix de sa carrière.

Aujourd’hui, nous avons QS qui applaudit le progressissssssse Trudeau et ses beaux drapeaux du 150e qui voit une feuille d’érable de style autochtone dans la plus pure déculturation coloniale et des chars de blauques en visite financée par le fédéral pour nous montrer que le Canada est là[i]. Aussitôt arrivée, aussitôt repartit, mais pas sans que le général-directeur en chef de cette armée de scrou et de caporaux (** nom des juifs surveillant autres juifs dans les camps), le premier ministre fasse une énième visite dans la province, et qu’il passe le mois entier à l’extérieur de sa capitale. C’est à se demander s’il n’a pas été élu comme célébrité en chef, à la tête d’un vedettariat fédéral. Mais surtout, qui gère vraiment la confédération? Lui ou les lobbys, pendant qu’il se prostitue pour les photographes d’un océan à l’autre. Quoi qu’il en soit, l’agression est totale, elle est globale, l’on fait du charme aux blauques, on en fait aux Canadians, aux Québécois, aux Francophones, aux homosexuels, aux lesbiennes, aux bisexuelles, aux transgenres, aux travestis, aux musulmans, aux gauchistes, à la droite, à l’armée, aux régions, à Montréal, etc. Bien sûr aucune promesse n’est concrète, ce sont des babillages de policailleux. Malheureusement, nous sommes forcés de constater que l’offensive réussit et que les positions des Québécois sont fortement ébranlées. Sommes-nous des Québécois ou des Canadians? La réponse est simple, mais est-elle connue et répandu? Depuis l’attaque, le 1er, il a été possible d’entendre « Y’er tellement beau Trudeau, je suis quand même fière d’être canadienne ». Comme si les deux éléments avaient un quelconque lien entre eux et comme si le masque de Narcisse, de Trudeau pouvait couvrir entièrement et efficacement la sombre histoire du Canada, avec ses crimes d’État et son racisme systémique envers ses propres minorités (Francophones, Québécois, Amérindiens et Inuit). Diviser pour mieux régner, les Amérindiens sont sans doute plus conscients de la nature guerrière de l’offensive puisqu’ils sont ceux à avoir protesté le plus fort. Au Québec, les communistes n’ont dénoncé que le mal fait aux Premières Nations, preuves de l’acculturation et de l’ignorance de soi qui a gagné la néo-gauche du Québec. Mais l’oubli n’est-il pas un trait de la mémoire collective des anciens esclaves, des colonisés?Néanmoins, une évidence s’impose face au redoublement d’effort de l’ennemi pour submerger notre ligne Maginot (l’indépendantisme), le mouvement national québécois ne peut plus se permettre d’hésiter et de jouer de son angélisme en restant sur la défensive. Celle-ci ne peut faire qu’un temps, car une armée qui persiste à attendre l’ennemi sans prendre l’initiative est une armée qui sera irrémédiablement vaincue ou bloquée et encerclée dans sa forteresse.

« Le mieux à la guerre consiste à attaquer les plans de l’ennemi; ensuite ses alliances; ensuite ses troupes; en derniers ses villes »

Sun Tsu, L’art de la guerre, combattre l’ennemi dans ses plans.

 

A. Montambault

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s